Les Belges: champions du recyclage

Peter Geldof, gestionnaire de Geldof Recycling et, depuis mai 2017, également de G-Bloc

Pourquoi faudrait-il que plus d’entreprises belges investissent dans le traitement des déchets pour leur offrir de nouvelles applications ?

« La Belgique n’est pas un pays riche en ressources naturelles. Pourquoi, dès lors, ne pas affecter les flux de déchets existants à des applications nouvelles et existantes ? C’est précisément le principe du landfill mining : déterminer si des déchets qui, auparavant, finissaient simplement enfouis dans le sol, peuvent encore être réutilisés. Heureusement, les déchets sont déjà très souvent réutilisés à l’heure actuelle. Chez G-Bloc, nous recyclons par exemple nos copeaux de bois et les transformons en dés de palette, en bois comprimé ou en bois de conditionnement. Nous offrons donc non seulement une deuxième vie au bois, mais nous réduisons aussi la montagne de déchets tout en économisant des matières premières naturelles. Faire une utilisation durable de la nature est essentiel. »

Quels sont les plus grands défis qui s’opposent ou facilitent les innovations ou les nouvelles applications dans votre secteur ?

« Les défis sont nombreux, et pas seulement dans notre secteur. Le grand public, par exemple, n’est pas toujours ouvert à des produits fabriqués à partir de déchets recyclés à cause de leur aspect parfois différent de celui des produits traditionnels. Le bois recyclé, par exemple, présente une couleur plus foncée et les consommateurs sont souvent sceptiques par rapport aux propriétés et au résultat de ce produit “à base de déchets” : seront-ils aussi bons que ceux d’un produit neuf ? Un changement de mentalité est absolument indispensable à ce niveau-là. Il faut aussi que le produit fabriqué à partir de déchets soit moins cher, sinon, il ne suscite pas l’intérêt. Enfin, notre secteur se doit également de chercher des innovations par lui-même et de consacrer de l’énergie à la préparation et aux processus de nettoyage des résidus. »

Quelles sont vos ambitions personnelles pour améliorer l’économie circulaire ?

« Notre stratégie d’entreprise repose sur l’économie circulaire. Nous l’avons vraiment dans le sang. Outre l’entreprise de recyclage du bois, lancée en 1994 déjà, nous avons également inauguré cette année la toute nouvelle entreprise G-Bloc, la seule en Belgique à fabriquer des dés de palette et du bois compressé à partir de copeaux de bois. Nous cherchons aussi de nouvelles manières de rendre notre énergie plus durable en construisant une centrale à biomasse qui serait alimentée par les flux de bois de qualité inférieure issus du processus de recyclage pour nous approvisionner en électricité et en chauffage. Nous recourons aussi au transport fluvial pour réduire le nombre de poids lourds sur les routes. Nous aspirons à faire encore mieux sur le plan des émissions de CO₂ et continuer de réduire notre empreinte écologique. »